Jonathan Mercier

Par Jonathan Mercier

6 mai 2020

Argent

Hypothèque : 4 raisons de choisir l’assurance individuelle

Article révisé le 11 mai 2020

La crise du COVID-19 est lourde de conséquences financières pour plusieurs travailleurs. Et dire que vous êtes sur le point de signer une nouvelle hypothèque! Bien évidemment, vous souhaitez protéger votre investissement avec une assurance hypothécaire. Mais avant d’accepter l’assurance prêt que vous propose le prêteur, lisez ce qui suit!

En assurance hypothécaire, la première option par défaut demeure bien souvent la proposition du prêteur. Après tout, quoi de plus facile que d’accepter la protection proposée par l’institution qui finance l’achat de votre maison de rêve…

La seconde option est de souscrire une assurance individuelle auprès d’un conseiller en sécurité financière. En effet, l’assurance crédit hypothécaire est une assurance vie temporaire qu’il est possible de bonifier en ajoutant des garanties d’invalidité, de maladies graves et en cas de perte d’emploi involontaire.

Et comme nul n’est à l’abri d’une mise à pied en cette ère de pandémie, voilà une excellente occasion de revisiter les nombreux avantages de l’assurance individuelle!

 

1. Profiter d’un contrat plus flexible

L’assurance hypothécaire du prêteur répond d’abord aux impératifs de ce dernier. Les prestations versées — à la suite du décès, d’une invalidité ou d’une maladie grave — sont automatiquement appliquées au remboursement du prêt hypothécaire.

À l’inverse, l’assurance individuelle répond aux besoins de protection du preneur. En cas de décès, ses bénéficiaires désignés reçoivent la prestation prévue au contrat. En cas d’invalidité ou de maladie grave, il peut aussi disposer à sa guise des sommes reçues. Voilà un premier exemple de flexibilité!

Et puisque vous êtes le propriétaire de l’assurance individuelle, et que ce contrat est indépendant du prêt hypothécaire, vous demeurerez assuré même si vous décidiez de changer d’institution financière. Vous avez donc la possibilité de magasiner un taux d’intérêt plus avantageux auprès d’un autre prêteur.

Le fait que vous soyez propriétaire de cette protection vous donne aussi la possibilité de modifier la durée du terme de l’assurance dans les cinq premières années du contrat, sans preuve d’assurabilité, ou de la transformer en assurance vie permanente.

 

2. Optimiser votre planification successorale

Puisque l’assurance crédit hypothécaire s’obtient par l’entremise d’un conseiller en sécurité financière, ce dernier est dans l’obligation de procéder à une analyse des besoins financiers. L’occasion rêvée, peut-être, de peaufiner votre plan successoral. Cette étape est inexistante lorsqu’on signe un contrat pour une assurance prêt.

Sous une seule police individuelle, il est donc possible de couvrir l’ensemble de vos besoins en assurance. La prestation versée à la succession pourra donc servir à d’autres fins que le remboursement hypothécaire, comme le paiement des frais funéraires ou d’une marge de crédit, ou encore, l’octroi d’un legs particulier aux petits-enfants.

 

3. Ne pas payer pour une protection décroissante

L’assurance prêt de l’institution financière couvre le solde hypothécaire au moment du décès alors que l’assurance individuelle verse plutôt le capital prévu au contrat. Dans le premier cas, le montant assuré diminue au fur et à mesure des paiements effectués sur le prêt. Vous vous retrouvez donc à payer une prime fixe pour bénéficier d’une protection financière dégressive.

Votre résidence achetée au coût de 200 000 dollars, sur laquelle court encore une hypothèque de 100 000 dollars, deviendra certes libre de dettes au moment du décès : l’assurance prêt assumera ce solde impayé. Par contre, une assurance individuelle verserait plutôt le capital décès de 250 000 dollars prévu au contrat.

 

4. Réaliser des économies importantes

Contrairement à une police individuelle, le contrat d’assurance prêt s’évapore lorsque vous décidez de changer de prêteur. Au moment de renouveler une hypothèque chez le concurrent, la prime de l’assurance sera plus élevée qu’au moment du terme initial. Cinq années se sont écoulées depuis le dernier terme et votre assurabilité n’est pas garantie si vous éprouvez des ennuis de santé.

Mais la plus grande économie potentielle se situe à un autre niveau. Lorsque vous choisissez l’assurance prêt, certaines institutions financières majorent bien souvent au passage le taux d’intérêt que vous devez assumer sur l’hypothèque.

Au lieu d’un taux de 2,8 % offert actuellement, un taux majoré à 3,8 % s’impose bien souvent dans cette situation. Sur un amortissement de 25 ans, cette majoration coûte au bas mot plus de 10 000 dollars. Prenez donc le temps de rencontrer votre conseiller en sécurité financière pour bien choisir le produit adapté à votre situation.

 

Note : Cet article vous est présenté à titre informatif seulement et ne constitue pas une opinion de nature juridique, financière, fiscale ou autre. Les circonstances et éléments présentés peuvent varier en fonction de votre situation personnelle. Avant d’agir, nous vous invitons à consulter un professionnel. La Capitale ne peut être tenue responsable des conséquences de toute décision basée sur le contenu du présent article.

Nouvellement propriétaire?
Découvrez notre assurance hypothécaire!

Apprenez-en plus

Écrire un commentaire

Écrire un commentaire

M'abonner à l'infolettre