Marie-Josée Gauvin

Par Marie-Josée Gauvin

3 juin 2016

Argent

Quoi faire en cas de vice caché sur une auto usagée?

Article révisé le 14 novembre 2018

Lors de l’achat de sa nouvelle auto usagée, Jean Philippe Paquette était rempli d’enthousiasme à l’idée d’avoir fait une aussi bonne affaire! L’auto était de bonne qualité et son inspection n’avait révélé aucun problème majeur.

C’est au moment de faire installer ses pneus d’hiver, quelques mois plus tard, que M. Paquette déchante. Son garagiste lui révèle alors que le véhicule a déjà été accidenté, une information que l’ancien propriétaire ne lui avait jamais transmise. Comme l’achat remonte à plusieurs mois, M. Paquette craint de ne plus avoir de recours…

« Grâce aux bons conseils des avocats de l’assurance protection juridique, j’ai appris qu’il m’était possible de revenir contre l’ancien propriétaire à tout moment en cas de vice caché. Ensemble, nous avons rédigé une mise en demeure, l’avons transmise à l’ancien propriétaire et le contrat de vente a été annulé. Ç’a été tout un soulagement! », raconte-t-il.

Lors de la vente d’un bien de consommation usagé, comme une auto, le vendeur est tenu de garantir à l’acheteur que le bien vendu ne présente pas de vice caché. Un vice caché est un défaut impossible à déceler au moment de l’achat, qui nuit à l’utilisation normale d’un bien ou qui en diminue la valeur.

L’assurance protection juridique : un petit investissement très rentable

L’assurance protection juridique vous donnera les moyens financiers pour consulter l’avocat de votre choix. Celui-ci vous aidera à défendre vos droits et à régler le trouble lié à un événement semblable à celui qu’a vécu monsieur Paquette.

Renseignez-vous sur les avantages d’ajouter l’assurance protection juridique de La Capitale à vos protections!

Apprenez-en plus

Écrire un commentaire

Écrire un commentaire

M'abonner à l'infolettre