Entreprise

Pourquoi il ne faut pas ramener son boulot à la maison?

5 questions à Maude Villeneuve, experte en santé psychologique au travail

Maude Villeneuve est experte en prévention stratégique des problèmes de santé psychologique au travail. Titulaire d’une maîtrise en relations industrielles, elle termine actuellement son doctorat en sciences de l’administration à l’Université Laval, en plus d’être chargée de cours et professionnelle de recherche à la Chaire de gestion de la santé et de la sécurité du travail.

Je l’ai rencontré afin d’en apprendre davantage sur l’importance de ne pas ramener le travail à la maison. Ses conseils pourront vous aider à mieux décrocher du boulot en rentrant à la maison.

Stéphanie Chrétien : Les nouvelles technologies permettent de travailler et de rester connecté à son boulot de chez soi. Que pensez-vous de cette tendance?

Maude Villeneuve : Les nouvelles technologies sont une arme à double tranchant. D’une part, elles présentent des avantages indéniables, tels que la flexibilité de pouvoir réaliser une partie de son travail chez soi, ce qui facilite la conciliation travail-famille. D’autre part, ces technologies peuvent entraîner un effacement des frontières entre la vie privée et la vie professionnelle. Avoir perpétuellement accès à son boulot de la maison rend difficile le détachement psychologiquement de celui-ci, et ce n’est pas sans conséquence… Autant pour la santé de l’individu que pour l’organisation!

SC : Pourquoi est-il important de savoir faire une rupture entre notre travail et notre vie personnelle?

MV : Il ne faut pas sous-estimer l’importance du temps pour soi. C’est l’occasion de se calmer, de refaire le plein d’énergie et de se remettre des exigences de son boulot. Lorsque le travail nous suit à la maison, on maintient le contact avec nos préoccupations professionnelles, ce qui draine beaucoup d’énergie et nuit à notre bien-être à long terme. Les études démontrent clairement que les individus qui mettent des frontières claires entre leur vie privée et leur vie professionnelle acceptent mieux leur charge de travail, perçoivent un niveau de stress moins élevé et manifestent un engagement organisationnel supérieur. Bref, savoir « décrocher » est bénéfique autant pour l’employé que l’employeur!

SC : Quelles sont les conséquences sur la santé de toujours être connecté à son travail?

MV : Les conséquences psychologiques et physiologiques d’un manque de détachement sont les mêmes que le stress au travail chronique. Entre autres, on accroit les risques de dépression, d’anxiété, de troubles du sommeil, de maladies cardiovasculaires, etc. Pour l’organisation, les répercussions peuvent être très coûteuses : départs en congé de maladie, hausse du taux de roulement du personnel, diminution de la performance, etc.

SC : Y a-t-il des trucs à appliquer pour nous aider à « décrocher » de notre travail?

MV : Tout dépend des personnes et du contexte professionnel. Certaines désactivent leurs alertes de messageries professionnelles hors des heures de travail. D’autres se trouvent un petit rituel qui les aide à faire une coupure psychologique : aller s’entrainer, prendre le thé, lire un chapitre de roman, méditer, etc. Il n’y a pas de méthode magique. Chacun doit trouver sa formule et, surtout, veiller à l’appliquer même durant les périodes plus intensives au travail.

SC : Vous dites que c’est aussi avantageux pour les employeurs? Que peuvent-ils faire pour encourager leurs employés à « décrocher » du boulot une fois à la maison?

MV : Les employeurs ont un rôle majeur à jouer pour promouvoir le détachement du travail à la maison. Restreindre l’exigence aux employés de ramener du travail à la maison, même lors de périodes intensives, est un premier pas. Ils doivent formuler des politiques claires à cet égard et veiller à ce qu’elles s’intègrent à la culture de l’entreprise. Les pratiques de gestion doivent démontrer un souci clair envers le personnel qui représente la richesse de l’organisation. Après tout, les dommages à long terme d’une main-d’œuvre qui n’arrive pas à se détacher du travail sont graves et coûteux.


Pour en savoir plus sur le travail de Maude Villeneuve, visitez le site de la Chaire de gestion de la santé et de la sécurité du travail.


Le bien-être au travail vous intéresse?

Offrez VIVA programme santé en entreprise à vos employés.

Visitez notre site web

Commentaires

Cliquer sur un onglet pour choisir de quelle façon vous aimeriez laisser un commentaire

Laisser un commentaire

12 − 8 =

Articles suggérés
4 ennemis alimentaires de la performance au travail
4 ennemis alimentaires de la performance au travail

Aidez vos employés à faire des choix alimentaires judicieux et faire la vie dure aux « ennemis alimentaires » afin...

8 suggestions pour aider vos employés à mieux se concentrer

Il existe quelques stratégies que vous pouvez mettre en place dans votre organisation pour donner un petit coup de...

Pour rassembler votre équipe, pensez bénévolat!
Pour rassembler votre équipe, pensez bénévolat!

Faire du bénévolat, ça fait du bien… dans tous les sens du terme! En plus de contribuer à une bonne cause et de...

×