Marie-Claude Dulac

Par Marie-Claude Dulac

10 juillet 2015

Habitation

Rénovations majeures : j’avise mon assureur… ou pas?

Article révisé le 18 mai 2017

Ça y est! Vous avez décidé de réaliser des rénovations majeures sur votre résidence. Mais avant de vous lancer, mieux vaut être bien renseigné sur les impacts possibles de vos choix tout au long de ce processus. Voici donc quelques renseignements et conseils qui pourraient vous éviter de mettre en jeu les sommes investies dans votre demeure de rêve.

L’assurance habitation doit s’adapter à vos besoins

Lorsque vous assurez votre résidence, une bonne partie des questions posées par les assureurs visent à établir son coût de reconstruction. Ce montant est déterminé en fonction des caractéristiques propres à votre bâtiment et tient compte des plus récentes données dans l’industrie de la construction domiciliaire au Québec. Il vise à vous garantir un montant d’indemnisation suffisant si votre résidence était totalement détruite, afin de vous permettre de la reconstruire avec des matériaux de même qualité.

D’autres questions permettent aux assureurs d’évaluer les risques de dommages matériels et corporels que peut présenter votre résidence.

Par exemple, si votre toiture est âgée et n’a pas été rénovée votre assureur considérera qu’elle présente des risques élevés d’infiltration d’eau et de dommages causés par le vent ou la grêle et pourrait limiter vos couvertures pour ces types de dommages.

À l’inverse, si votre sous-sol est fini, votre assureur considérera que vous courez plus de risques de subir des pertes matérielles en cas d’infiltration d’eau au sous-sol ou de refoulement d’égout. Il vous recommandera donc d’ajouter les protections nécessaires pour bien vous protéger si de tels sinistres devaient vous arriver.

Bref, vos protections d’assurance habitation doivent se modeler sur les particularités de votre résidence afin de vous mettre adéquatement à l’abri des importantes pertes financières qu’un sinistre majeur pourrait entraîner.

Afin de permettre à votre assureur de bien faire son travail, il est donc primordial que vous l’informiez si vous faites des travaux qui pourraient nécessiter un ajustement de vos protections d’assurance habitation. Comment faire la part des choses? Suivez le guide pour mieux comprendre!

Quand appeler votre assureur?

Vous devriez appeler votre assureur

  • Si les travaux augmentent le coût de reconstruction de votre résidence, votre assureur doit ajuster votre montant de couverture. Quelques exemples :
    • ajout d’un étage
    • construction d’une rallonge
    • finition du sous-sol
  • Si les travaux font en sorte que votre résidence présentera moins de risques de dommages (ce qui pourrait d’ailleurs vous valoir une réduction de prime), votre assureur mettra votre dossier à jour et ajustera vos couvertures pour qu’elles répondent bien à vos besoins. Quelques exemples :
    • modernisation de la plomberie ou du système électrique s’ils étaient désuets
    • remplacement du revêtement de toiture
    • remplacement du chauffe-eau

Inutile d’aviser votre assureur

Si vous faites faire des réparations ou des travaux qui relèvent de l’entretien normal et qui visent à rehausser le côté esthétique de votre résidence, sans toutefois réduire les risques de dommages, inutile d’appeler votre assureur. Quelques exemples :

  • rénovation de la salle de bain
  • pose de céramique ou peinture des murs
  • réparation ou remplacement d’une surface abîmée en utilisant des matériaux similaires

Quelques conseils pour sécuriser vos investissements

Embauchez des experts

Certains travaux, comme la plomberie et de l’électricité, doivent être confiés à des experts. En faisant faire les travaux par une personne qui n’est pas qualifiée pour le type de travail à réaliser, vous prenez un risque important.

En effet, ces types de travaux ne seront pas couverts par les garanties prévues par la loi en cas de malfaçon s’ils sont effectués par quelqu’un d’autre qu’un expert certifié. De plus, cela pourrait mettre en jeu la sécurité de toute la maisonnée pendant et après les travaux.

Si vous réalisez la plupart des travaux par vous-même ou en faisant appel à un « bricoleur » non certifié, gardez en tête que l’assurance habitation ne couvre que les blessures dont l’assuré est tenu responsable et qui surviennent aux personnes ne résidant pas sur les lieux assurés, par le biais de la protection responsabilité civile qui y est incluse. Cela signifie que si vous ou un membre de votre famille résidant sous votre toit vous blessez pendant les travaux, votre assurance habitation ne pourra pas vous indemniser pour les conséquences de ces blessures.

Triez vos experts de la rénovation sur le volet

Avant d’embaucher un entrepreneur, un plombier, un électricien ou un autre professionnel de la construction, vérifiez toujours qu’il détient :

  • une assurance responsabilité valide et adéquate;
  • une licence d’entrepreneur de la Régie du bâtiment (RBQ);
  • une licence ou d’une accréditation appropriée à la réalisation des travaux. Par exemple, tout électricien doit détenir une licence de la Corporation des maîtres électriciens du Québec.

En terminant, n’hésitez surtout pas à appeler votre assureur ou votre représentant en assurances en cas de doute. Son rôle est de vous conseiller et de répondre à vos questions en matière d’assurances.

À la recherche d’une assurance habitation?
Renseignez-vous sur nos protections adaptées à vos besoins.

Apprenez-en plus

Consulter les 1 commentaires

  • J ai une nouvelle toiture($3000.00). j ai désactivé mon système d alarme. J aimerais demande aussi ai je le rabais pour les veterans, car j ai été militaire pendant 25 ans , travaille pour la defense nationale pour 15 ans et veterans a la retraite complete depuis 2010. Merci de verifier mes dossiers.

Écrire un commentaire

Écrire un commentaire

M'abonner à l'infolettre