Shani Dion-Thibaudeau

Par Shani Dion-Thibaudeau

15 mai 2015

Santé

Génération sandwich : être à la fois parent de jeunes enfants et aidants naturels pour ses parents

Article révisé le 24 mai 2016

Selon Statistiques Canada, près de 3 Canadiens sur 10 sont membres de la génération sandwich[1], un concept utilisé pour désigner les adultes de 45 à 64 ans qui se trouvent un jour confrontés à une double responsabilité : apporter de l’aide à des parents vieillissants alors que leurs propres enfants n’ont pas encore quitté le nid.

Pris en étau entre les besoins des uns et les exigences des autres – dans des périodes souvent chargées en émotions – les membres de la génération sandwich voient leur niveau de stress grimper en flèche. Pour éviter de perdre le Nord quand le vent souffle de tous les côtés, il faut savoir prendre du recul, comprendre…et partager.

D’où vient le problème ?

Dans l’ordre normal des choses, les parents prennent soin de leurs enfants, puis ceux-ci, devenus adultes, leur rendent la pareille en cas de besoin. D’où vient alors la problématique de la génération sandwich ? La réponse se trouve dans les multiples modifications qu’a connues notre mode de vie au cours des dernières décennies.

« Auparavant, la réalité des familles était très différente et il était tout naturel que les enfants s’occupent des parents, explique Mme Patsy Clapperton, psychologue organisationnelle et vice-présidente d’Umano stratégies conseils, à Québec. Il y avait souvent plusieurs enfants par famille, ce qui permettait de répartir les responsabilités au moment d’aider un parent vieillissant ou malade. L’espérance de vie était moins élevée et les couples avaient leurs enfants plus jeunes. Par conséquent, il était plus rare de devoir prendre soin de ses enfants et de ses parents au même moment. Le rapprochement géographique des familles dans un même village ou une même ville était plus habituel. Et surtout, les femmes étaient beaucoup moins présentes sur le marché du travail. »

Si la génération sandwich n’est pas exclusivement féminine, elle reste constituée à majorité de femmes. « Les hommes s’impliquent beaucoup dans le maintien de l’autonomie des parents à domicile, par exemple en entretenant l’extérieur de la maison, en faisant des commissions ou des réparations, poursuit Patsy Clapperton. Mais quand on parle de soutien émotif ou de grandes décisions comme le choix d’un nouveau milieu de vie pour un parent, ce sont le plus souvent les femmes qui assurent, que ce soit pour leurs parents ou pour leurs beaux-parents.

La suite: Génération sandwich : Le témoignage d’Isabelle

[1] Statistiques Canada, Enquête sociale générale, 2012.

Vous voulez encourager vos employés à adopter de saines habitudes de vie?

Découvrez VIVA, programme santé en milieu de travail.

Visitez notre site web

Écrire un commentaire

Écrire un commentaire

M'abonner à l'infolettre