Mélina Lamarche

Par Mélina Lamarche

4 février 2017

Santé

Les bienfaits du lâcher-prise

Article révisé le 4 juillet 2018

5 questions au Dr Serge Marquis, auteur de Pensouillard le hamster

Le Dr Serge Marquis est un médecin spécialiste en santé des organisations, reconnu pour son expertise en matière de stress, d’épuisement professionnel et de détresse psychologique dans l’espace de travail. Conférencier apprécié, il est aussi l’auteur de plusieurs ouvrages dont Pensouillard le hamster : petit traité de décroissance personnelle, publié à l’échelle internationale.

Je l’ai rencontré afin d’en apprendre davantage à propos de Pensouillard et des bienfaits du lâcher-prise. Ses conseils pourront vous aider à vaincre le stress au quotidien.

Mélina Lamarche : Qui est Pensouillard et comment l’avez-vous découvert?

Dr Marquis : Depuis 30 ans, j’accompagne les personnes qui ne sont plus fonctionnelles au travail et qui vivent de l’épuisement professionnel. Certes, une panoplie de facteurs liés à l’emploi (responsabilités, conditions, relations, etc.) peuvent contribuer à ce mal-être. Toutefois, je constate que, souvent, on s’inflige une grande partie de cette souffrance! C’est-à-dire que notre manière de penser est souvent génératrice d’insatisfaction et ne mène nulle part… Dans un tel cas, apprendre à lâcher prise nous semble être une tâche irréalisable! On devient un peu comme un hamster qui court dans sa roue. C’est lorsqu’une fillette de 7 ans m’a présenté son petit animal que la comparaison m’a sauté aux yeux. Courant à toute vitesse, il dépensait tant d’énergie sans aboutir à rien… Comme mes patients épuisés, pris au piège de leurs propres pensées… D’où le nom Pensouillard.

ML : À quel type de pensées faites-vous référence?

Plusieurs personnes ont un discours interne qui n’est pas constructif : Pourquoi ça arrive toujours à moi et pas à lui? Pourquoi ne m’offre-t-on pas de promotion? Pourquoi je n’arrive pas à performer aussi bien? Etc. Ces pensées sont très destructrices pour l’égo puisqu’elles n’offrent aucune solution ni apaisement. On tourne dans notre roue sans fin et on y laisse beaucoup de notre énergie, en plus de créer une souffrance bien réelle. On vit dans une société de performance où une importance démesurée est accordée au regard des autres, ce qui contribue à ces pensées malsaines.

ML : Alors, comment fait-on pour arrêter de tourner dans sa roue? Y a-t-il des trucs?

Premièrement, il faut observer notre hamster, c’est-à-dire identifier quand on a tendance à se lancer dans des réflexions n’aboutissant à rien. J’aime bien l’exemple de l’épicerie. Lorsqu’on attend à une caisse pour payer, on a souvent l’impression que les autres files d’attente sont plus rapides. On juge la caissière, les clients et leurs paniers trop pleins. Pourtant, ça ne mène à rien et c’est très négatif. Il faut apprendre à lâcher prise et s’entrainer mentalement à transférer notre attention sur le moment présent. À l’épicerie, on peut sourire aux gens qui nous entourent, regarder la page couverture des magazines ou profiter du moment pour relaxer et respirer profondément. D’ailleurs, se concentrer sur sa respiration est un excellent truc pour s’entrainer à être dans le moment présent.

ML : Quels sont les bénéfices à apprendre le « lâcher-prise » et à « mettre son attention sur le présent »?

Si nos pensées ne génèrent aucune solution possible (et parfois, il n’y en a juste pas!), mais juste de l’insatisfaction et un mal-être, alors il est préférable de cesser. Tout simplement! En ramenant notre attention au moment présent, on peut savourer pleinement notre vie sans manquer tous les petits moments de bonheur qui la composent : un paysage, un bon repas, une discussion intéressante, etc. On est aussi plus efficace et créatif parce que l’on ne perd pas toute notre énergie à stresser dans nos pensées. Vous savez, il n’y a pas de stress dans le moment présent. Seuls le passé et le futur causent de l’anxiété.

ML : Un employeur peut-il aider ses employés à être dans le moment présent?

Tout à fait! Il doit d’abord être un modèle et appliquer lui-même le concept. Son attention doit être entièrement dans le moment présent. Par exemple, lorsqu’il salue ses employés, ceux-ci doivent percevoir que c’est sincère, que ce n’est pas machinal ou une habitude. Durant les rencontres, il doit écouter sincèrement les propositions et discussions plutôt que de gérer des dossiers dans sa tête ou consulter continuellement son téléphone intelligent. L’employeur doit aussi s’assurer que cette manière d’être se reflète dans toute l’entreprise en instaurant une culture de reconnaissance. C’est très important puisque la reconnaissance n’est pas quelque chose que l’on peut attendre, mais que l’on peut offrir – et que l’on se doit  d’offrir!

Pour en savoir plus sur le Dr Serge Marquis, ses conférences et ses publications, visitez le tortue-marquis.com.

Vous voulez encourager vos employés à adopter de saines habitudes de vie?

Découvrez VIVA, programme santé en entreprise.

Visitez notre site web

Écrire un commentaire

Écrire un commentaire

M'abonner à l'infolettre