Argent/Sécurité financière

Les REER : est-ce vraiment nécessaire?

Les REER: est-ce vraiment nécessaire?

Les REER sont à la mode. Vous cotisez, vos voisins cotisent, vos collègues de travail aussi, les membres de votre famille sans doute et vos amis, probablement. Mais le font-ils pour les bonnes raisons? Et ont-ils raison de le faire?

Bien des gens cotisent à un REER dans le but d’obtenir un « retour d’impôt ». Ils n’ont aucun plan de match et aucune idée du montant qu’il leur faudrait accumuler pour s’offrir une retraite confortable. D’autres pensent à tort qu’il existe un « montant magique » à atteindre, qui serait le même pour tous.

En fait, il se pourrait que vous n’ayez besoin que de très peu de REER, voire pas du tout. Cela dépend essentiellement de trois facteurs.

1. L’âge

Le premier facteur est l’âge auquel vous souhaitez prendre votre retraite. Si vous pensez travailler jusqu’à votre décès, vous n’avez pas besoin de REER. Mais encore faut-il avoir la capacité de travailler jusqu’à un âge avancé, et le goût!

2. La source

Le 2e facteur est la source – ou les sources – de remplacement de votre revenu de travail une fois à la retraite. Si vous cotisez à un régime de retraite à prestations déterminées, le nombre d’années de service que vous aurez accumulé au moment souhaité du départ à la retraite est important.

On sait qu’il est maintenant possible de cotiser pendant 38 ans. Cela procure une rente de retraite annuelle correspondant à 76 % du salaire moyen des cinq meilleures années de votre carrière.

76 % ce n’est pas 100 %. Mais cette différence de 24 % pourrait se traduire par bien peu de choses une fois à la retraite.

Nécessairement, vous n’aurez plus à cotiser à plusieurs programmes sociaux tels que la Régie des rentes du Québec (RRQ), l’assurance-emploi et votre régime de pension. Mais encore faudra-t-il avoir accumulé 38 ans de service cotisé au régime…

Il faut également savoir que la rente de retraite diminuera à 65 ans parce qu’elle est « coordonnée » au RRQ, et qu’en plus le montant de la rente ne sera que partiellement indexé pendant les années de retraite, ce qui gruge le pouvoir d’achat réel à la longue.

Cet argument à lui seul nous force à considérer des sources alternatives de revenus de retraite comme les REER afin de compenser cette perte de pouvoir d’achat.

3. Le niveau de vie

Les gens qui n’ont pas accès à un régime de retraite à prestations déterminées se trouvent dans une tout autre situation. Ils ont possiblement besoin de beaucoup de REER. Mais de combien au juste?

C’est pourquoi le troisième facteur à considérer est le niveau de vie qu’ils connaîtront juste avant leur retraite. Si leur revenu juste avant la retraite est modeste, ils auront besoin de moins de REER que si leur revenu est élevé. En effet, il leur faudra plus de revenus de retraite, donc plus d’argent accumulé, pour remplacer un revenu net de 75 000 $ qu’un revenu net de 25 000 $, par exemple.

Une autre croyance veut que la vie coûte moins cher à la retraite qu’au moment de la période dite « active ». Attention! Quelques dépenses pourraient diminuer, mais ce n’est pas automatique pour tout le monde.

Cela dépend des habitudes et des besoins juste avant la retraite, ainsi que des objectifs. Une des rares dépenses qui peut faire une réelle différence est la décision de n’avoir qu’une voiture pour le couple au lieu de deux. Mais assurez-vous que cela réponde vraiment à vos besoins.

Quelle conclusion en tirer?

Vous ne savez toujours pas si vous avez besoin de REER pour votre retraite? Ne vous en faites pas, c’est voulu.

La seule conclusion possible est qu’il y a trop d’éléments particuliers à chaque situation pour répondre au cas par cas dans un tel article. Il vous faut un plan; on ne peut passer à côté.

Votre conseiller en sécurité financière est le mieux placé pour établir avec vous une planification adaptée à votre situation, faite sur mesure pour vous, selon vos besoins, vos objectifs et vos valeurs.

 

Note : Cet article vous est présenté à titre informatif seulement et ne constitue pas une opinion de nature juridique, financière, fiscale ou autre. Les circonstances et éléments présentés peuvent varier en fonction de votre situation personnelle. Avant d’agir, nous vous invitons à consulter un professionnel. La Capitale ne peut être tenue responsable des conséquences de toute décision basée sur le contenu du présent article.

Besoin de renseignements supplémentaires?
Communiquez avec un de nos conseillers en sécurité financière!

Trouvez un conseiller

Commentaires

Cliquer sur un onglet pour choisir de quelle façon vous aimeriez laisser un commentaire

Laisser un commentaire

trois × 2 =

Articles suggérés
7 astuces pour économiser sur sa prime d’assurance vie
7 astuces pour économiser sur sa prime d’assurance vie

Une assurance vie peut représenter un coût important pour un ménage. Il est toutefois possible d'économiser sur le...

Rentrée scolaire : 5 astuces pour économiser
Rentrée scolaire : 5 astuces pour économiser

Eh oui, il est possible de franchir la rentrée scolaire tout en réalisant de joyeuses économies!

Assurance vie : un produit aux multiples facettes

Il est possible de faire bien des choses avec une assurance vie. Découvrez ses multiples facettes!

×