Voyage

Expédition dans la vallée du Rolwaling, Népal

Série globe-trotter La Capitale

Ce passionné de randonnée a fait le tour du globe pour se mettre au défi : Kilimandjaro, Aconcagua, Inca Trail… rien ne l’arrête. Laissez-moi vous parler de Gaétan Lapierre et du voyage qu’il a fait au Népal en 2012, dans la région sauvage et à peine explorée du Rolwaling, qui longe la frontière tibétaine.

La Vallée du Rolwaling

La vallée du Rolwaling est située entre les régions de l’Everest et du Langtang. Surplombée par le sommet Gauri Shankar, qui signifie « la déesse et ses époux », la mystérieuse vallée du Rolwaling est la source de nombreux mythes et légendes sur le Yéti, cet abominable homme des neiges.

Le voyage

L’objectif ultime du voyage est d’atteindre les sommets Yalung Ri à 5 750 mètres et Pacharmo Peak à 6 273 mètres. Pour la planification de son expédition, il a fait appel aux Karavaniers, une compagnie spécialisée dans les voyages de trek.

D’ailleurs, en naviguant sur le site des Karavaniers, on peut lire plusieurs anecdotes sur Babu Chhiri Sherpa, ce guide reconnu qui, en 1998, s’est porté volontaire pour les aider à planifier leurs expéditions au Népal. Le décrivant comme un peu bedonnant et avec un sourire désarmant, les Karavaniers ne tarissent pas d’éloges sur cet homme qui a atteint 10 fois le sommet de l’Everest et qui y est resté 21 heures sans surplus d’oxygène. Par bonheur, Tendi Sherpa, le frère de Babu, était le guide du groupe de Gaétan!

Gaétan Lapierre sur les traces de Babu Chhiri Sherpa…

Son aventure népalaise débute le 2 octobre alors que son groupe de cinq personnes quitte la capitale du Népal, Katmandu, pour se rendre, en autobus, à Suri Dobhan. Ce trajet de neuf heures à travers vallées, sommets et rivières est une aventure en soi.

Comme toute randonnée en montagne, les premières journées de marche sont courtes, afin de permettre une meilleure acclimatation. Gaétan affirme que cette randonnée demande une grande préparation physique, technique et morale. Il faut donc être bien équipé pour entreprendre l’expédition : crampons, piolets, cordes, casques, baudrier, etc.

Les nuits

Au début de l’expédition, les tentes étaient montées sur le terrain d’habitants, dans de petits villages. Une dame a même invité Gaétan et son groupe à prendre un thé au lait. La pauvreté est notoire dans les premiers villages que le groupe traverse. Par contre, les habitants sont généreux et accueillants.

Après Na Gaon, la portion « aventure » du trek débute et le groupe s’arrête dans des endroits non habités pour camper. L’itinéraire emprunté est presque vierge et entièrement sauvage. Pendant sept jours, le groupe ne croise aucun village. L’un des camps se situe non loin du plus grand lac glacier du Népal, le Tsho Rolpa. À 4 580 mètres d’altitude, ce lac gris a grossi considérablement dans les 50 dernières années en raison de la fonte des glaces.

Ascension du Yalung Ri

Yalung Ri est le premier sommet atteint par le groupe. L’ascension nécessite de maîtriser les techniques de base du cramponnage et de la progression en neige puisque le chemin est constitué de moraines et de roches instables. Gaétan nous indique par contre que le « sommet offre un panorama splendide sur les géants de l’Himalaya », une récompense toute en douceur après les efforts de la montée.

L’ascension du glacier Trakarding

Gaétan affirme que l’une des portions les plus difficiles de l’expédition a été la traversée de huit heures du glacier Trakarding, une impressionnante vallée glaciaire. Ils ont marché à travers des champs de rocailles instables et leurs jambes ont été extrêmement sollicitées par l’effort. Le soir, tout leur corps tremblait de fatigue.

Traversée du glacier Drolambu et camp de base Parchamo

Selon Gaétan, cette étape est la plus belle de l’expédition. Les pentes à monter et à descendre sont raides et le groupe a dû utiliser tout le matériel disponible. La vue sur le Tengi Ragi et le Dragka est splendide. Gaétan mentionne au passage l’incroyable adresse des porteurs pendant cette étape.

Le sommet Parchamo

S’élevant à 6 273 mètres, le sommet Parchamo a été conquis pour la première fois en 1955. Malheureusement, Gaétan n’a pu atteindre le sommet puisqu’une crevasse empêchait le groupe d’avancer et rendait l’ascension trop dangereuse.

Descente

La descente s’effectue en quatre jours, pendant lesquels le groupe s’arrête dans trois villages : Thame, Namche Bazar et Lukla. Namche Bazar est surnommée la « Capitale des Sherpas » puisque c’est la dernière ville que les courageux randonneurs de l’Everest croiseront. La ville achalandée a été un choc pour Gaétan qui ne s’attendait pas à voir autant de monde.

C’est imprégné de la culture népalaise que Gaétan revient à Québec. Une dame lui a dit un jour : « On y va à trois reprises au Népal ». Gaétan y est déjà retourné en 2013. Gageons que la dame disait vrai…


Trouvez l'assurance voyage adaptée à vos besoins.

Visitez notre site web

Commentaires

Cliquer sur un onglet pour choisir de quelle façon vous aimeriez laisser un commentaire

Laisser un commentaire

deux + 10 =

Articles suggérés
Comment choisir la bonne croisière
Comment choisir la bonne croisière

Entre 2002 et 2016, le nombre de personnes ayant effectué une croisière maritime ou fluviale a doublé dans le...

Les meilleures villes des États-Unis à visiter l’hiver
Les meilleures villes des États-Unis à visiter l’hiver

Voyager l’hiver aux États-Unis présente plusieurs avantages. L’humidité est tombée dans presque toutes les...

Les ouragans et l’assurance annulation de voyage
Les ouragans et l’assurance annulation de voyage

Les ouragans qui ont fait et font encore rage au centre du continent causent bien des maux de tête aux...

×