Richard Fecteau

Par Richard Fecteau

13 avril 2016

Voyage

Tourisme d’aventure: êtes-vous vraiment assuré?

Hier, je dînais avec une amie et elle me parlait de son prochain voyage de plongée sous-marine. Elle se dirige vers l’archipel des Keys, qui s’étire entre Miami et Key West. Bien que situés en Floride, les paysages des Keys sont véritablement dépaysants. L’archipel se distingue notamment des autres destinations de plongée par l’immersion, volontaire, d’épaves artificielles, qui permettent de repeupler les fonds sous-marins.

Le tourisme d’aventure gagne en popularité. Ascension des plus hautes montagnes du globe, escalade, saut en parachute et plongée sous-marine sont tous des exemples d’activités liées au tourisme d’aventure.

Selon le regroupement Aventure Écotourisme Québec (AEQ), le tourisme d’aventure suppose une activité réalisée dans la nature, nécessitant un effort physique et comportant un certain risque.

Aujourd’hui, je désire vous parler de ce risque. Il est important de savoir que la plupart des activités liées au tourisme d’aventure ne sont pas couvertes par une assurance voyage individuelle ou par celle incluse dans le contrat d’assurance collective.

Ainsi, si vous deviez obtenir des soins médicaux d’urgence liés à la pratique du sport, vous auriez à payer la totalité de la facture. Même chose pour les frais liés à un rapatriement ou à une recherche en montagne.

Avant de partir

Si votre contrat d’assurance collective comprend une assurance voyage, communiquez avec votre assureur avant de partir afin de lui demander si vous êtes couvert. Si vous ne l’êtes pas, souscrivez une assurance voyage individuelle qui vous protégera.

Si votre régime d’assurance collective ne comprend pas d’assurance voyage, vous devez souscrire une assurance voyage individuelle.

Dans les deux cas, assurez-vous dès la souscription que vous serez protégé.

Assurez-vous, posez vos questions et obtenez des réponses avant de plonger!

Trouvez l’assurance voyage adaptée à vos besoins.

Visitez notre site web

Écrire un commentaire

Écrire un commentaire

M'abonner à l'infolettre