Jonathan Mercier

Par Jonathan Mercier

4 février 2019

Argent

7 choses à savoir avant de cotiser à un REER

Article révisé le 2 décembre 2020

Vous songez à ouvrir un régime enregistré d’épargne-retraite (REER)? Commencer à épargner tôt dans le cadre d’une bonne planification financière en vue de la retraite est un choix judicieux pour votre avenir! Mais savez-vous tout ce qu’il y a à savoir sur le REER? Voici quelques détails de base à connaître avant de verser votre première cotisation.

1. Qu’est-ce qu’un REER

Le régime enregistré d’épargne-retraite est un outil d’épargne à long terme, généralement utilisé en prévision de la retraite. Le REER agit un peu comme une bulle qui permet de regrouper divers placements à l’abri de l’impôt pour une période se terminant habituellement à la retraite.

Les sommes investies dans un REER sont soustraites de votre revenu imposable de l’année, ce qui diminue votre impôt à payer. Tant qu’ils restent dans le REER, les revenus de placement accumulés sont aussi exempts d’impôt. C’est lorsque vous retirez l’argent de votre REER, normalement, à la retraite, que ce montant s’ajoute à votre revenu imposable. On peut donc dire que le REER est une stratégie de report d’impôt.

Bien qu’il puisse être avantageux, le REER n’est pas nécessairement l’outil d’épargne idéal pour tous. Ainsi, avant de commencer à épargner dans un REER, mieux vaut consulter un conseiller en sécurité financière, qui analysera votre situation avec vous et élaborera une stratégie d’épargne vraiment adaptée à vos besoins.

2. Y a-t-il un âge minimal et un âge maximal pour cotiser à un REER

Il n’y a pas d’âge minimal pour cotiser à un REER. Dès l’année suivant votre première déclaration de revenus d’emploi ou d’entreprise admissibles, vous avez le droit de cotiser à un REER. Toutefois, avant 18 ans, votre cotisation annuelle ne pourra pas excéder 2 000 $.

L’âge maximal pour cotiser à un REER est de 71 ans. Plus précisément, vous pouvez cotiser à votre REER jusqu’au 31 décembre de l’année où vous atteignez 71 ans.

3. Jusqu’à quelle date puis-je cotiser à mon REER afin de déduire ces sommes de mon revenu imposable de 2020?

Pour l’année d’imposition 2020, vous pouvez inscrire à votre déclaration de revenus toute nouvelle cotisation effectuée avant le 1er mars 2021.

4. Jusqu’à combien puis-je cotiser chaque année?

Vos « droits de cotisation » REER (votre montant de cotisation maximale pour l’année fiscale en cours) sont inscrits sur l’avis de cotisation reçu à la suite de votre dernière déclaration de revenus. Ce montant tient compte de différents facteurs.

  • À la base, vous pouvez cotiser jusqu’à 18 % de votre revenu de l’année précédente, sans excéder le plafond annuel en vigueur. Pour l’année d’imposition 2020, ce plafond a été fixé à 27 230 $.
  • Certains facteurs feront augmenter ce montant. Par exemple, si vous avez des droits de cotisation inutilisés des années précédentes, ils s’ajouteront à ceux de l’année en cours.
  • À l’inverse, d’autres facteurs viendront diminuer vos droits de cotisation. C’est le cas, entre autres, si vous avez dépassé vos droits de cotisation de l’année précédente ou si vous cotisez à un autre régime de retraite. Vos droits de cotisation seront alors réduits en conséquence.
Pourquoi 18 % du revenu?
Parce qu’il s’agit du taux d’épargne permettant à la moyenne des gens de toucher environ 70 % de leurs revenus d’emploi en prenant leur retraite après 35 ans de travail.

5. Qu’arrive-t-il si mes cotisations dépassent mon plafond annuel de cotisation?

Si le dépassement est de 2 000 $ ou moins, cette somme sera simplement déduite de votre cotisation maximale de l’année suivante, sans pénalité.

Si le dépassement est supérieur à 2 000 $, vous devrez payer 1 % d’impôt par mois sur le montant du dépassement, tant et aussi longtemps qu’il restera dans votre REER.

6. Qu’arrive-t-il si mes cotisations sont inférieures au maximum annuel auquel j’ai droit?

Vos droits de cotisation inutilisés s’ajouteront au montant de cotisation maximal des années suivantes.

Un conseil pour atteindre vos objectifs de cotisation REER sans avoir à vous en occuper : instaurez des prélèvements bancaires préautorisés ou, encore mieux, une retenue sur votre salaire!

7. En cas de besoin, puis-je retirer de l’argent de mon REER avant la retraite?

Oui. Bien que le but premier du REER soit d’épargner en vue de la retraite, les sommes qui y sont investies peuvent être retirées si le type de placement choisi le permet.

Vous pourriez, entre autres, profiter du régime d’accession à la propriété (RAP) pour faciliter l’achat d’une première propriété ou du régime d’encouragement à l’éducation permanente (REEP) afin de retourner aux études. Ces régimes vous permettent de retirer temporairement une partie de votre REER sans payer d’impôt.

Notez cependant qu’à moins de profiter de l’un de ces deux régimes, les sommes retirées d’un REER cessent d’être exemptes d’impôt et s’ajoutent à votre revenu imposable de l’année.

N’hésitez pas à consulter un conseiller en sécurité financière qui vous aidera à bâtir une stratégie d’épargne-retraite solide. Votre conseiller en sécurité financière est le mieux placé pour établir avec vous une planification adaptée à votre situation, faite sur mesure pour vous, selon vos besoins, vos objectifs et vos valeurs.

En complément :

Besoin de renseignements supplémentaires?
Contactez l’un de nos conseillers en sécurité financière!

Parlez à un conseiller

Écrire un commentaire

Écrire un commentaire

M'abonner à l'infolettre