Richard Fecteau

Par Richard Fecteau

19 avril 2021

Santé

Le diabète : une maladie qui gagne du terrain

Selon l’Organisation mondiale de la santé, le nombre de personnes atteintes de diabète aurait pratiquement quadruplé depuis 1980. En effet, selon les estimations de l’Organisation, le nombre de diabétiques pourrait presque doubler d’ici 2030. Pourquoi cette maladie ne cesse-t-elle pas de se répandre? Est-ce possible de freiner sa progression? Voici quelques pistes de réflexion sur le sujet.

Le diabète : de quoi s’agit-il?

La principale source d’énergie de notre corps est le glucose, un sucre produit en partie par notre corps, mais provenant surtout de notre alimentation. Pour que les différentes cellules de notre corps puissent l’utiliser, nous avons besoin d’insuline, une hormone produite par le pancréas. Sans son action, le sucre n’arrive pas à entrer dans les tissus de notre corps et s’accumule dans le sang. On parle alors d’hyperglycémie, soit une concentration trop élevée de sucre dans le sang très nocive pour notre organisme.

Quelles en sont les causes?

Il existe deux types principaux de diabète, ayant chacun une cause distincte.

Le diabète de type 1 est une maladie auto-immune due à une mutation génétique qui amène notre système immunitaire à s’attaquer lui-même pour détruire les cellules du pancréas qui produisent l’insuline. Les personnes atteintes de cette maladie sont donc incapables de produire de l’insuline et doivent recourir à des injections pour pallier ce manque.

Le diabète de type 2 s’installe progressivement et est fortement lié à nos habitudes de vie. Le corps des diabétiques de type 2 continue de produire de l’insuline, mais en quantité insuffisante. Leur corps résiste également à l’action de l’insuline, limitant la capacité des cellules à la capter dans le sang, ce qui fait grimper leur taux de sucre sanguin.

Près de 90 % des diabétiques souffrent de ce type de diabète1. L’épidémie d’obésité et notre mode de vie de plus en plus sédentaire sont les deux facteurs qui semblent expliquer pourquoi le diabète de type 2 gagne de plus en plus de terrain à l’échelle mondiale1.

L’Organisation mondiale de la santé estime que 85 % des cas de diabète de type 2 pourraient être évités par l’adoption de saines habitudes de vie.1

Quelles complications peuvent en découler?

Certaines complications peuvent causer de graves séquelles et affecter plusieurs sphères de la vie, dont la santé physique, mentale et même sexuelle. Voici quelques complications pouvant toucher les diabétiques.

Perte de vision

Au cours de leur vie, un peu moins de 50 % des diabétiques de type 2 souffriront d’une perte de vision, allant d’une perte de vision modérée à une perte de vision totale (cécité)1.

Dommages aux nerfs

Entre 40 et 50 % des diabétiques subiront des dommages aux nerfs à cause des niveaux de sucre trop élevés dans leur sang1. Ces altérations occasionneront des pertes de sensations, des engourdissements, des douleurs, et dans certains cas, l’amputation.

Problèmes rénaux

Entre 20 et 40 % des diabétiques développeront des problèmes rénaux au cours de leur vie1. Ultimement, cela peut même entraîner une insuffisance rénale complète.

Maladies cardiovasculaires

Les diabétiques sont trois fois plus à risque de souffrir d’une maladie cardiovasculaire (crise cardiaque, anévrisme, angine de poitrine, etc.) et deux à quatre fois plus à risque d’en mourir que les non-diabétiques1.

Dysfonction érectile

Le dysfonction érectile1 touche 40 % des hommes diabétiques.

Santé mentale

Certains symptômes de dépression frappent 30 % des diabétiques alors que 10 % des diabétiques souffrent de dépression majeure1.

Il est important de bien gérer son diabète, sans quoi ces complications auront beaucoup plus de chance de survenir.

Le saviez-vous?
Le diabète est la première cause de cécité, de maladie rénale et d’amputation non traumatique au Canada1.

Que faire pour prévenir et gérer le diabète?

Outre le respect du traitement prescrit pour les personnes atteintes, l’adoption de saines habitudes de vie reste un élément essentiel dans la prévention et le traitement du diabète de type 2. Voici quelques exemples d’habitudes efficaces pour lutter contre le diabète.

Manger sainement

Une alimentation équilibrée respectant certaines recommandations spécifiquespermet d’avoir un contrôle sur les taux de sucre sanguins aussi important que la prise de médicament! Les risques de développer une complication seront ainsi réduits et il s’agit aussi d’un moyen efficace pour prévenir son apparition.

Bouger

L’activité physique augmente naturellement la sensibilité à l’insuline. Le respect des recommandations canadiennes en matière d’activité physique, c’est-à-dire au moins 150 minutes d’activité physique aérobie hebdomadaire en plus de deux séances de renforcement musculaire par semaine1, aiderait donc à la gestion du diabète.

Une légère perte de poids

Une perte aussi modeste que 5 % du poids corporel, atteinte en adoptant de saines habitudes de vie, peut réduire jusqu’à 60 % le risque de progression du prédiabète vers le diabète de type 2, en plus de réduire le risque de complications1.

La perte de poids améliore aussi le contrôle de la glycémie en augmentant la sensibilité à l’insuline1.

Rappelez-vous que de petits changements à long terme seront toujours plus efficaces que des changements radicaux maintenus pendant une courte période!

Le saviez-vous?
Les gens prédiabétiques ont 100 % de chances de développer un diabète de type 2 dans les cinq années suivantes si aucun changement n’est apporté à leurs habitudes de vie. L’adoption de saines habitudes de vie est donc primordiale pour prévenir le diabète de type 2.1


Références

1 Diabetes Canada Clinical Practice Guidelines Expert Committee. Diabetes Canada 2018 Clinical Practice Guidelines for the Prevention and Management of Diabetes in Canada. Can J Diabetes. 2018; 42 (Suppl1) : S1-S325.

2 Diabète Québec

Vous voulez encourager vos employés à adopter de saines habitudes de vie?

Découvrez VIVA, programme santé en milieu de travail.

Visitez notre site web

Consulter les 4 commentaires

Écrire un commentaire

Écrire un commentaire

M'abonner à l'infolettre