Shani Dion-Thibaudeau

Par Shani Dion-Thibaudeau

15 mai 2015

Santé

Génération sandwich : des conseils « B.L.T. »

Article révisé le 24 mai 2016

« Puisque nous parlons de génération sandwich, nous utilisons souvent – avec une pointe d’humour – l’acronyme B.L.T. pour parler des principaux conseils à prodiguer aux aidants, indique Patsy Clapperton psychologue organisationnelle et vice-présidente d’Umano stratégies conseils, à Québec. » Loin du « bacon-laitue-tomate », nous parlons ici de trois mots clés : besoin, limite et temps.

B pour besoin.

Vous êtes en sandwich ou appréhendez de le devenir ? Prenez soin de bien comprendre et décoder les besoins réels de vos parents, actuels et futurs. Par exemple, cela peut signifier de discuter avec eux de leurs envies et de leurs attentes, de se renseigner sur leur maladie et son évolution. Cela vous permettra de mieux définir l’aide dont vous aurez besoin et d’aller chercher cette aide auprès des ressources appropriées (réseau communautaire, réseau de la santé, famille) le moment venu.

L pour limite.

Respectez vos limites ! Comment faire ? Il faut tout d’abord les connaître, puis les nommer, les accepter et, surtout, les communiquer aux personnes qui vous entourent. Votre conjoint, vos enfants, vos parents, les autres membres de votre famille ou des gens de votre milieu de travail sont des personnes-ressources qui doivent savoir ce que vous vivez.

T pour temps.

Anticipez ! Il est important d’évitez le piège qui consiste à croire que si ça va aujourd’hui, ça va aller demain. Vous ne pouvez pas savoir à quel moment une situation peut s’aggraver et, même si on ne souhaite jamais le pire, la préparation et la planification peuvent vous être d’un grand secours. Des exemples ? Parlez avec vos parents des sujets délicats comme leur capacité financière ou leur placement éventuel en résidence quand tout va plutôt bien. Ce sont des discussions qui doivent se faire le plus calmement possible, donc moins il y a urgence, mieux c’est.

Quelques astuces

La trousse d’urgence

Rassemblez à un seul endroit tous les documents essentiels si l’état de votre parent devait empirer rapidement : liste des médicaments pris, problèmes de santé, professionnels impliqués, personne à contacter en cas d’urgence… Et surtout : communiquez à d’autres l’emplacement de cette trousse.

Le bilan

Vous vous sentez pris en sandwich ? Prenez le temps de faire un bilan par écrit dans lequel vous écrivez les faits : quel est l’état de la situation, quelles tâches accomplissez-vous et combien de temps consacrez-vous à chaque tâche ? Ce truc permet d’expliciter de manière factuelle la charge de travail qui repose sur vos épaules et servira de base de discussion pour communiquer avec vos proches. C’est la première étape à un plan d’action.

La planification financière

Parler d’argent avec vos parents est un sujet tabou ? Il peut parfois être plus facile de le faire en présence d’un conseiller financier qui portera un regard neutre sur la situation. Cette précaution pourra vous éviter de bien mauvaises surprises et, parfois, éviter bien des conflits.

Des pistes pour trouver de l’aide

Si vous travaillez et bénéficiez d’une assurance collective, celle-ci pourrait comporter un volet Programme d’aide aux employés : informez-vous auprès de votre employeur.

Quelques sites Internet

Site national de l’APPUI, pour les proches aidants d’aînés. Possibilité de trouver des ressources par région.

http://www.lappui.org

Site de l’Institut universitaire de gériatrie de Montréal.

http://www.aidant.ca

Vous voulez encourager vos employés à adopter de saines habitudes de vie?

Découvrez VIVA, programme santé en milieu de travail.

Visitez notre site web

Écrire un commentaire

Écrire un commentaire

M'abonner à l'infolettre