Shani Dion-Thibaudeau

Par Shani Dion-Thibaudeau

15 mai 2015

Santé

Génération sandwich : Des conséquences importantes

Article révisé le 24 mai 2016

Manque d’appétit, problèmes de digestion, troubles du sommeil, épuisement, irritabilité, font partie des premiers indicateurs qui doivent être pris au sérieux lorsque la tension est forte. Car on le sait, notre santé, physique et psychologique, est souvent la première à subir les contrecoups d’une surcharge de stress.

Tel que décrit dans le témoignage d’Isabelle, les membres de la génération sandwich, qui apportent de l’aide à des parents vieillissants tout en élevant leurs propres enfants, subissent plusieurs effets sur leur santé et tardent, trop souvent, à demander de l’aide.

« Les personnes prises en sandwich cumulent les rôles, mais doivent aussi gérer une inversion des rôles par rapport à leurs parents malades ou en perte d’autonomie, explique Patsy Clapperton, psychologue organisationnelle et vice-présidente d’Umano stratégies conseils, à Québec. Cette inversion des rôles peut être difficile à accepter, tant pour le parent que pour l’enfant. Elle peut générer des émotions fortes comme de la tristesse, de la colère ou de la culpabilité…et ces émotions pèsent sur la santé. »

Submergé par ses problèmes, l’aidant de la génération sandwich peut aussi avoir tendance à s’isoler. Plus de temps pour la vie sociale, rien de bien drôle à raconter, pas la tête à la fête, ni à faire du sport…les excuses sont nombreuses pour se distancer petit à petit du réseau social, y compris d’un réseau familial, qui, pourtant, pourrait être d’un grand secours dans ces périodes troublées.

Des incidences sur le travail et sur le budget

En plus d’être humainement et socialement complexe à appréhender, la situation vécue par les membres de la génération sandwich peut avoir de sérieuses conséquences sur leur travail et sur leurs finances. Selon Statistiques Canada, plus de 20 % des aidants sont contraints de modifier leur horaire de travail pour aider leurs parents et plus de 10 % ont connu une baisse de leurs revenus.

Aider un parent vieillissant peut, par exemple, entrainer des absences du bureau, une réduction du nombre d’heures de travail, le refus d’une promotion ou l’abandon de déplacements à l’étranger. Selon les situations, il arrive aussi que le budget familial écope, que ce soit à cause d’une diminution des revenus ou d’une augmentation des dépenses.

En effet, il est démontré que les aidants de la génération sandwich doivent souvent encourir des dépenses imprévues à leur budget pour venir en aide à leurs parents. Parmi ces frais, les coûts de certains soins de santé, des frais de transport ou d’hébergement figurent en tête de liste. Toujours selon Statistiques Canada, 41 % des aidants dépensent au moins 500 $ par année pour répondre aux besoins de leurs parents. Ces dépenses imprévues peuvent créer des pressions financières importantes sur le revenu ou l’épargne de l’aidant, un facteur de stress supplémentaire à gérer.

Une période qui peut avoir du bon

Intense donc la vie « en sandwich » ? Personne ne vous dira le contraire. Mais une chose est sûre : elle peut aussi avoir du bon.

Car très souvent, l’aidant trouve dans cette situation une occasion de resserrer les liens avec ses parents, d’avoir avec eux des discussions qu’il n’avait jamais eues auparavant, de développer une belle proximité et des échanges riches.

Des études démontrent aussi que les aidants de la génération sandwich développent de nouvelles compétences en planification, deviennent plus efficaces et savent mieux mettre le focus là où c’est nécessaire, des acquis qu’ils peuvent ensuite transférer dans le monde du travail et dans leur vie quotidienne.

« Contrairement à ce qu’on pourrait croire, la majorité des gens qui sont dans la génération sandwich le vivent assez bien, conclut Patsy Clapperton. L’appui du réseau est vraiment la clé. Il faut savoir aller chercher de l’aide et utiliser toutes les ressources disponibles. Bien entouré, il devient plus facile de positiver ! »

Vous voulez encourager vos employés à adopter de saines habitudes de vie?

Découvrez VIVA, programme santé en milieu de travail.

Visitez notre site web

Écrire un commentaire

Écrire un commentaire

M'abonner à l'infolettre